=> Opinion: Montréal a fait preuve de leadership en matière de protection de l'eau ** tshirt personnalisé

La ville de Montréal est reflétée dans le fleuve Saint-Laurent, le mardi 10 novembre 2015. «Le Canada n'est pas à l'abri des problèmes liés à l'eau qui menacent de nombreuses régions du monde. Il est grand temps que nous arrêtions de prendre notre eau pour acquise, "Maude Barlow et Alice-Anne Simard écrivent.

Paul Chiasson / LA PRESSE CANADIENNE

Vendredi dernier – 22 mars, Journée mondiale de l'eau – la ville de Montréal est devenue une «communauté bleue» officielle, s'engageant à protéger l'eau publique en tant que droit de l'homme et confiance du public. Montréal se joint aux autres communautés bleues du Québec, Amqui, Danville, Nicolet, Rivière-du-Loup et Trois-Rivières. Il y a aussi 17 autres villes et villes au Canada qui ont pris cet engagement.

Une Communauté bleue prend essentiellement trois engagements: protéger et promouvoir l’eau en tant que droit de l’homme; protéger et promouvoir la gestion publique de l'eau; et d'éliminer progressivement les bouteilles d'eau dans les locaux et lors d'événements municipaux. Ces promesses ne signifient aucune privatisation des services d’eau potable ou d’assainissement. Cela implique aussi généralement l’installation de stations de remplissage d’eau sur les propriétés municipales afin de promouvoir l’eau du robinet et de la rendre plus facilement accessible.

Le projet Blue Communities a été lancé il y a 10 ans, lorsque le gouvernement Harper favorisait les partenariats public-privé pour les services d'eau municipaux. Le Conseil des Canadiens et le Syndicat canadien de la fonction publique ont proposé le projet des communautés bleues pour que les conseils municipaux rejettent en principe la privatisation avant que les pressions en faveur de la privatisation puissent être appliquées.

En 2010, l'Assemblée générale des Nations Unies a officiellement reconnu le droit humain à l'eau et à l'assainissement, un pas en avant considérable qui a permis de faire passer le débat de «charité» à un débat de justice. Une communauté bleue le reconnaît et s'engage à promouvoir la justice dans le domaine de l'eau.

en relation

En outre, depuis 2000, 267 municipalités du monde entier qui ont essayé de privatiser leurs services d’eau ont changé d’avis après de terribles expériences et ont ramené leurs services d’eau sous gestion publique. Une communauté bleue s'engage à maintenir cette surveillance et ce contrôle publics.

Une communauté bleue promet également de faire sa part pour faire face à la crise mondiale du plastique. Chaque minute, un million de bouteilles en plastique sont achetées dans le monde et plus de 90% d'entre elles ne seront pas recyclées. Nous détruisons nos voies navigables et nos océans avec ces montagnes de déchets.

Aujourd'hui, plus de 15 millions de personnes dans le monde vivent dans des villes et des communautés officielles des communautés bleues, et leur nombre augmente. Récemment, plusieurs universités et communautés religieuses sont également devenues des communautés bleues, notamment le Conseil œcuménique des Églises et l'Université McGill, qui ont partagé la cérémonie avec la ville de Montréal la semaine dernière.

Notre planète est en train de manquer d’eau propre et accessible, et pas seulement à cause du changement climatique. Nous polluons, gérons mal, détournons et épuisons les sources d’eau accessibles si rapidement qu’en 2030, la demande sera 40% plus importante que l’offre. Aujourd'hui, deux milliards de personnes sont obligées de boire de l'eau contaminée chaque jour et 3,6 milliards vivent dans des zones de pénurie d'eau. Les Nations Unies nous disent que ce nombre pourrait atteindre cinq milliards d'ici 3075 et sept milliards d'ici 2075.

Le Canada n'est pas à l'abri des problèmes liés à l'eau qui menacent maintenant de nombreuses régions du monde. Il est temps que nous arrêtions de prendre notre eau pour acquise. En devenant une communauté bleue, Montréal a fait preuve d'un leadership incroyable dans le mouvement pour la protection de l'eau et pour que justice soit rendue aux générations futures.

Bien entendu, cela ne résout pas comme par magie tous les problèmes liés à l'eau au Québec. Montréal rejette toujours chaque année des milliers de litres d’eaux usées non traitées dans le fleuve Saint-Laurent, et des menaces de contamination de l’approvisionnement en eau de la ville se profilent encore en amont. Eau Secours et le Conseil des Canadiens n'oublieront pas ces problèmes importants simplement parce qu'ils ont reconnu Montréal comme une communauté bleue. Au contraire, nous entendons utiliser l'engagement pris par la ville de protéger l'eau en tant que droit fondamental afin d'encourager les responsables municipaux à prendre des mesures audacieuses pour protéger nos sources d'eau et celles d'autres municipalités en aval du fleuve Saint-Laurent.

Imaginons un monde «bleu», une communauté à la fois.

Maude Barlow est présidente honoraire du Conseil des Canadiens et auteure du livre à paraître Whose Water is it anyway? Prendre la protection de l'eau dans les mains du public. Alice-Anne Simard est la directrice exécutive d'Eau Secours.

=> Opinion: Montréal a fait preuve de leadership en matière de protection de l'eau ** tshirt personnalisé
4.9 (98%) 32 votes